Malraux.
scène nationale
Chambéry Savoie

IMG_20200819_155845 (1)

Malraux, l’histoire

Malraux scène nationale

Construite en 1987 sur les bords du Carré Curial et baptisée symboliquement “Espace Malraux”, la dernière des Maisons de la Culture s’affiche dans la magnifique architecture de Mario Botta, architecte tessinois, et offre aux artistes ainsi qu’aux publics de Chambéry et de la Savoie l’excellence de ses équipements.
Permettant d’accueillir les plus grands spectacles européens de théâtre, musique et danse, Malraux est un élément incontournable du paysage culturel de la Région Rhône-Alpes.
Le bâtiment allie une esthétique très pure (béton brut et marbre gris) avec des qualités techniques exceptionnelles et un grand souci de confort.
Il est doté d’une grande salle de 950 places à l’image des théâtres antiques, d’une scène de 450 m² et d’une salle de répétition. Un cinéma « Art et Essai » de 150 places, CinéMalraux ; un anneau d’exposition et deux salles d’expositions accordant une place particulière à l’image ; des salles de réunion et depuis décembre 2019 un tiers-lieu, “La Base” un lieu de rencontres, d’échanges et de confrontations, plein de vie et d’énergie.
Géré par une association, l’AMCCS, et financé par l’Etat et les Collectivités locales, Malraux scène nationale Chambéry Savoie fait partie des 70 scènes nationales.

Théâtre Charles Dullin

C’est en 1820 que le Comte de Boigne finança la construction de ce théâtre à l’italienne dont il confia la réalisation à son beau-frère Trivelli. Le Théâtre Royal fut inauguré le 28 juillet 1824, en présence du Roi de Piémont-Sardaigne Charles-Félix. Il pouvait accueillir 1800 spectateurs (le public populaire était debout au parterre) soit 1/10e de la population locale. Les spectacles lyriques avaient la faveur des chambériens mais à l’occasion d’événements importants, on y organisait des fêtes colossales ou des banquets. En 1864, un incendie ravagea l’édifice et seul le rideau de scène (une toile peinte par Luigi Vacca, artiste officiel du roi Charles Félix) représentant la descente d’Orphée aux enfers, fut sauvé.
Après une importante polémique à propos de l’emplacement du nouvel édifice, la reconstruction fut entreprise sur les fondations existantes. L’architecte Pellegrini, puis son confrère Revel proposèrent un projet largement inspiré de La Scala de Milan. Le nouveau théâtre, inauguré en octobre 1866, a une acoustique particulièrement fine et ne compte plus que 1200 places réparties entre le parterre en forme de fer à cheval et quatre galeries. Au deuxième étage, le foyer (surnommé salle des concerts) richement décoré accueille régulièrement des concerts de musique de chambre.
Après plusieurs rénovations et améliorations de la scène et de la salle – la dernière datant de 1994 – le Théâtre possède aujourd’hui 450 places confortables. Il est dédié à Charles Dullin, grand homme de théâtre né à Yenne en Savoie, qui exerça une influence durable sur plusieurs générations de comédiens et de metteurs en scène et contribua à la naissance de la décentralisation.

CinéMalraux

Dans une ville où existent déjà plusieurs cinémas commerciaux et d’art et d’essai qui proposent une programmation de qualité, le ciné de Malraux est surtout un outil pour le lien où les films s’avèrent un medium pour la rencontre. Durant la période de hors‑les‑murs que nous avons nommée « Nomadie », nous avons développé une programmation qui se fait en lien avec des porteurs de projets, souvent des associations ou des groupements d’intérêts, que nous accompagnons en fonction de leurs besoins (parfois ils viennent avec une idée précise de film, parfois une thématique ou une cause, parfois un concept de soirée). Charge à nous d’organiser, charge à eux de fédérer leurs réseaux.

Cette fonction du cinéma comme outil de partage sur notre territoire se renforce avec des rendez‑vous réguliers : du ciné‑asso tous les jeudis, un ciné‑montagne tous les premiers mardis du mois en partenariat avec le Club Alpin Français, des ciné‑philo, des ciné‑brunchs le dimanche matin, des séances scolaires en matinée sur demande des enseignants, du ciné‑voyage avec les étudiants étrangers de l’USMB, du ciné‑festif avec des séances participatives, etc. Elle trouve son point d’orgue avec Ciné Bala, festival des cinémas d’Afrique, dont le programme est co‑construit avec l’association Chambéry Solidarité Internationale qui porte le jumelage avec le Burkina Faso. La proposition de CinéMalraux est également tournée vers les enfants et leurs parents avec des ciné‑goûters tous les mercredis, des séances familiales les samedis matin et pendant les vacances scolaires, des ciné‑bébé pour les jeunes parents en semaine. Ainsi que vers les seniors avec des ciné tea‑time en après‑midi. Et réserve des temps importants à l’éducation à l’image avec « Collège au cinéma », dispositif dont Malraux est le coordonnateur départemental, ainsi que des séances d’analyse de film et des rencontres avec des réalisateurs ouvertes au tout public. Savoie, l’image te regarde !